Nécessaire poursuite des mesures de sauvegarde des maisons de repos

Incompréhensible absence de marge de progression sur le budget 2021. Dangereuse suspension du testing préventif.

  1. Le Gouvernement bruxellois a pris des mesures significatives de soutien aux maisons de repos lors de la première vague. Force est de constater que la sous-occupation persiste. La deuxième vague inflige de nouveaux surcoûts en termes de personnel d’intérim, de contrat de remplacement, d’achats de matériel et de gel,… En particulier, la multiplication de certificats de quarantaine est la source d’un absentéisme grandissant. Chaque place inoccupée implique en outre une perte de l’ordre de 100 euros par jour.

    Dans ce contexte, des mesures de sauvegarde sont à maintenir.Cela appelle la poursuite des mesures d’immunisation ainsi qu’une compensation pour les surcoûts de la deuxième vague et la perte du prix de journée au résidant.


  2. Le 27 octobre, nous avons appris avec consternation que le Collège réuni de la Cocom proposait une norme de croissance nulle pour le budget 2021 d’Iriscare. Un vote négatif a été émis par le Comité général d’Iriscare. Le dossier est renvoyé au Collège réuni qui va décider.

    Avant la crise du Covid, nombre de besoins du secteur n’étaient pas rencontrés et ne le sont toujours pas. Il est de plus en plus clair que le Covid est là pour durer des mois voire des années. A cette aune, l’absence de marge sur le budget 2021 est une incompréhensible imprévoyance en terme de santé publique. Cette absence de marge est en flagrante discordance avec le réinvestissement annoncé dans la santé. Pour les professionnels de terrain, c’est un véritable camouflet.

    Pour aider à « faire au mieux », l’effort de la Région en soutien des acteurs de la santé doit être à l’unisson de celui du Fédéral. A cette fin, une marge de progression de 2,5 % est un must.


  3. Le 19 octobre, la Conférence Interministérielle de la Santé a arrêté de nouvelles modalités de testing. Le test préventif en maison de repos est suspendu jusqu’au 15 novembre. Alors que les foyers d’incendie « covid » se multiplient, des détecteurs de fumée ont été débranchés dans les maisons de repos. Dans ce contexte, la décision de suspendre le testing préventif en maison de repos est inopportune et non responsable.

Nous avons appris que la Région allait passer commande de des tests rapides antigéniques naso-pharyngés. Nous actons cette initiative avec un esprit ouvert et constructif.

Ce choix de stratégie de testing pose toutefois la question de l’opérationnel.

« Retour

Auteur

Jean-Marc Rombeaux
Date de publication
29-10-2020
Conditions générales | RSS | Liens utiles