Les projets-phares européens Smart Cities 2014

Lors de la journée d’information du 12 février 2015 sur l’appel à projets Horizon 2020: Smart Cities - projets phares 2015, les projets sélectionnés lors de l’appel 2014 ont été présentés. Une manière de voir plus concrètement ce qu’attend la Commission européenne, pour commencer à préparer les futurs appels (2016-2017).

L’appel à projets Horizon 2020: Smart Cities - projets phares 2015 vise à soutenir des projets phares de démonstration proposant des solutions pour des villes intelligentes (« smart cities »). Les trois éléments essentiels de l’appel sont :
  • La création de synergies entre les secteurs de l’énergie, des transports et des télécommunications notamment par l’intégration des infrastructures, des quartiers à faibles consommation en énergie et des solutions de mobilité durable ;
  • le potentiel de réplicabilité i.e. de reproduction dans d’autres villes européennes ;
  • l’équilibre entre les secteurs, villes et activités choisies.
Dans le cadre de l’appel 2014, très similaire à celui de 2015, la Commission européenne a sélectionné trois projets parmi dix-neuf soumis: GROWSMARTER, TRIANGULUM & REMOURBAN.

GROWSMARTER


GROWSMARTER veut tester douze solutions intelligentes dans les trois villes phares Stockholm, Cologne et Barcelone en matière de :
  •   Quartiers à faible consommation en énergie :
1. La rénovation énergétique intelligente avec des coques;
2. des logistiques intelligentes et véhicules à combustibles alternatifs pour réaliser les travaux de rénovation ;
3. l’inclusion des locataires dans la rénovation pour économiser intelligemment l’énergie ;
4. la production d’énergie locale intelligente ;
  • Infrastructures intégrées:
5. l’éclairage intelligent et l’utilisation des lampadaires comme pôles communication ;
6. le développement d’un modèle économique pour réutiliser l’énergie perdue du chauffage ;
7. l’utilisation intelligente des déchets pour produire de l’énergie, du chauffage et des gaz naturels pour les véhicules ;
8. le développement d’un protocole « big data » (larges données) pour les économies d’énergies et de déchets
  • Mobilité durable :
9. les livraisons durables ;
10. la gestion intelligente du trafic ;
11. la promotion des véhicules à combustibles alternatifs ;
12. et la mobilité durable intelligente.

Les villes suiveuses de Cork (Royaume-Uni), Graz (Autriche), La Valette (Malte) et Suceava (Roumanie) fourniront les informations utiles à la reproduction future des solutions testées. En outre, un « City Interest Group » disséminera les résultats dans vingt autres villes (par exemple via des ateliers sur mesures), ce qui pourrait fournir à Bruxelles une occasion pour participer indirectement au projet. Le consortium implique aussi des partenaires du monde académique (pour valider les tests) et économiques (pour développer les technologies).

TRIANGULUM


Coordonné par l’institut de recherche allemand Fraunhofer IAO, TRIANGULUM prévoit de transformer des quartiers centraux à usage mixte de trois villes européennes:
  • la transformation du quartier étudiant de Manchester en un quarter intelligent sans voiture ;
  • la rénovation de trois quartiers à Eindhoven dont l’ancien site industriel Strijp ;
  •   le développement de solutions moins consommatrices en pétroles à Stavanger (Norvège).
Ces trois villes sont les quatrièmes ou cinquièmes plus grosses villes de leur pays et sont considérés comme des « champions câchés » des smart cities.
Ces modèles de « quartiers urbains intelligents » pourront être utilisés pour la réplication dans les villes suiveuses de Saradell (Espagne), Prague et Leipzig. Dans chaque ville, le consortium inclut l’autorité locale, un acteur économique et un acteur académique et veut favoriser le développement de start-up locales pour développer des solutions digitales et écologiques. La ville chinoise de Tianjin participe comme observateur pour étudier l’intérêt pour les marchés mondiaux. Les objectifs sont de réduire par 3 la consommation énergétique des bâtiments, obtenir 75% de la consommation restante de sources renouvelables, d’augmenter l’utilisation des véhicules électriques et des infrastructures de transport partagées) et d’impliquer les citoyens. TRIANGULUM ambitionne aussi de développer un cadre commun pour le suivi et l’évaluation, des lignes directrices pour les décideurs locaux d’autres villes européennes et une « architecture TIC commune de référence ».

REMOURBAN


REMOURBAN regroupe les trois villes phares de Nottingham (Royaume-Uni), Tepebasi/Eskiserhir (Turquie) et Valladolid (Espagne) et les deux villes suiveuses de Seraing (Belgique) et Miskolc (Slovaquie) pour développer des stratégies de réplicabilité dans cinq zones géographiques européennes. Il se concentre sur des villes moyennes d’environ 300.000 habitants. Un élément essentiel du projet est l’élaboration de stratégies de rénovation urbaines intelligentes centrées sur les citoyens. Le projet souhaite également identifier les barrières non techniques à la mise en œuvre de solutions intelligentes. Au total, le projet vise à économiser 40% d’énergie, réduire les émissions de 50%, impliquer 14.620 citoyens et créer 187 emplois, ces objectifs agrégeant les objectifs individuels des trois villes phares.

Conseils pratiques


La présentation des résultats a aussi été l’occasion pour les « gagnants » de donner quelques conseils tirés leur expérience. Valérie Bahr (du Steinbeis-Europa-Zentrum, assistant le coordinateur de TRIANGULUM) a ainsi expliqué avoir sélectionné leurs partenaires lors de la première journée d’information sur le programme, d’où l’intérêt de participer à ces réunions. Elle a aussi souligné l’importance de fournir une expertise technique et de ‘vendre’ ses atouts en créant sa propre histoire, sa propre mise en scène, vu les similarités entre projets Smart Cities. Pour le projet REMOURBAN, Sergio Sanz (CARTIF Centro Technologico) a souligné l’importance que les municipalités s’impliquent et qu’elles travaillent de façon holistiques entre services. La Commission européenne a également indiqué que sur les 19 dossiers, seuls 5 avaient atteints le seuil d’évaluation requis (10/15), et qu’une petite erreur mineur peut parfois disqualifier un dossier, d’où l’importance d’un dossier bien construit, bien préparé et clair pour des non-connaisseurs du projet.

Ces projets sélectionnés démontrent aussi l’importance de créer des synergies entre la Région de Bruxelles-Capitale et les communes pour les projets européens de ce type du fait de l’approche holistique visée. C’est le troisième objectif de la cellule projets européens de l’AVCB (avec l’information et l’accompagnement au montage). Et pourquoi ne pas rêver à un projet Smart Cities 2016 ou 2017 où la Région serait ville phare mais qui impliquerait et bénéficierait aussi à une/des commune(s) pour la transformation de quartier(s) durable(s) et intelligent(s) ?


Plus d’information

« Retour

Auteur

Camille LEPINAY
Date de publication
24-02-2015
Conditions générales | RSS | Liens utiles