[Covid-19] Un testing élargi est un devoir de précaution envers les habitants des maisons de repos - Communiqué de presse

Dans le cadre d'un rebond de l'épidémie, la Fédération des CPAS bruxellois s'est adossée à d'autres acteurs s'occupant de maisons de repos pour écrire à la première ministre en demandant un testing élargi. Elle a ensuite fait connaitre publiquement sa position par communiqué de presse ce 27 juillet

Le sens de l’urgence est présent en Wallonie - Il doit s’imposer à Bruxelles et au Fédéral

Double action de la Fédération des CPAS


  1. 22 juillet 2020 - Le Conseil national de sécurité se réunira le 23 juillet dans un contexte de rebond localisé de l’épidémie. Cinq Fédérations des maisons de repos, tant du secteur public que privé, ont écrit à la Première Ministre, Sophie Wilmes en sa qualité de Présidente du Conseil National de Sécurité ainsi qu’aux Ministres régionaux de la Santé. Les leçons sont à tirer en maison de repos. Un testing élargi est un devoir de précaution envers ses habitants.
  2. 27 juillet 2020 - Ce week-end, le feu est passé à l’orange en Belgique dans la crise du Covid. La situation est grave. Dans un contexte de rebond généralisé, un testing élargi est plus que jamais un devoir de précaution à l’égard des résidants des maisons de repos. La Wallonie a pris sa responsabilité ce 24 juillet. Bruxelles et le Fédéral doivent le faire à leur tour. Vu le CNS avancé de ce lundi 27 juillet, six Fédérations de maisons de repos réinterpellent les décideurs par voie de presse


La Fédération des CPAS bruxellois demande


Vu le rebond et la possible deuxième vague, afin de tirer les leçons du passé et surtout protéger le plus possible nos fragiles résidants, la Fédération des CPAS bruxellois et quatre autres Fédérations de maisons de repos tant du secteur public que privé demandent avec la plus haute insistance au Conseil national de sécurité :
1. Des tests PCR aux nouveaux professionnels permanents et temporaires (y compris étudiant ou stagiaire) intervenant en établissement, et ce, 2 jours avant leur intervention au sein de la maison de repos et ce à l’instar de ce que fait la France depuis mi-juin ;
2. Un test PCR fait par l’hôpital pour un résidant hospitalisé au moment de sa sortie, et ce dans un souci de précaution et d’efficacité ;
3. Le remboursement des tests sérologiques pour les résidants dans l’hypothèse où une maison utilise ces tests dans le cadre d’une stratégie locale de gestion de risque. 


Plus d'info et rétroactes


Voir le communiqué de presse du 27 juillet 2020
Voir le courrier du 22 juillet 2020 adressé à la Première Ministre


« Retour

Auteur

Jean-Marc ROMBEAUX
Date de publication
27-07-2020
Conditions générales | RSS | Liens utiles